C’est quoi le problème avec la viscose ?
2021-04-06

C’est quoi le problème avec la viscose ?

La viscose est une fibre synthétique d’origine naturelle et ses propriétés sont assez proches du coton. Elle est d’ailleurs également très plébiscité par l’industrie de la mode. Et puisqu’elle est en partie naturelle, il peut être difficile de percevoir au premier abord les travers de cette fibre. Mais pas de panique, on vous explique tout !

La viscose est fabriquée à partir de cellulose, un glucide que l’on retrouve dans la paroi des plantes et du bois. Cette fibre est donc composée d’une substance naturelle. Une substance visqueuse, ce qui lui vaut son nom. On la produit entre autres avec de la pâte de bois ou de bambou. La viscose est aussi multitâche, on la retrouve dans les vêtements et la lingerie, mais aussi dans les tampons hygiéniques, la cellophane, et même à l’intérieur des pneus. Son faible coût de production lui a permis de remplacer la soie, le coton, ou même la laine en les imitant.

Car la viscose a de nombreuses propriétés. Elle est assez facile à teindre et à entretenir, elle est également douce, confortable, respirante, solide… La viscose a en effet les avantages d’une fibre naturelle combinés à ceux d’une fibre artificielle. La viscose tient en revanche très peu chaud, elle est donc souvent mélangée à d’autres matières pour augmenter son isolation. Aussi, si elle se mélange volontiers avec d’autres matières, ses propriétés biodégradables sont en fait en réalité problématiques.

Les inconvénients de la viscose

Le documentaire d’Arte sur les dérives de la fast fashion met notamment en exergue les points noirs de la fabrication de viscose. En Inde, le procédé chimique mis en place pour transformer la cellulose a pollué les eaux et de ce fait rendu malade les habitants d’un village proche d’une usine. La soude caustique est en partie utilisée, tandis que son inhalation est dangereuse. Les émanations de disulfure de carbone sont également problématiques. Ce composé chimique est par ailleurs volatile et non recyclé. L’utilisation de ces solvants est donc préjudiciable pour la santé et l’environnement. Conçue en matières naturelles, elle reste pour autant biodégradable, mais libère des microplastiques dans les océans à cause de ses fibres cellulosiques artificielles.

Cependant, les conséquences environnementales de la viscose ne s’arrêtent pas là. Beaucoup d’eau est nécessaire à la production de viscose. Le secteur textile serait de plus le troisième consommateur d’eau dans le monde après la culture de blé et de riz selon l’Ademe. Mais il n’y a pas seulement la consommation d’eau à s’avérer excessive pour la production de viscose. La pâte de bois est très utilisée et sa conséquence directe est la déforestation. L’industrie du bois au Canada s’était notamment dédiée à l’usage textile après la démocratisation de la viscose. L’ONG Canopy alertait déjà en 2014 sur la menace qui planait au dessus des forêts tropicales et boréales du Canada et d’Alaska.

Une alternative plus économique qu’écologique

La viscose a permis aux enseignes de mode de réduire leurs coûts tout en fournissant un tissus en apparence aussi qualitatif que la soie traditionnelle. Elle représente aussi pour elle une matière facile à teindre et à mélanger car très absorbante. Son confort est apprécié et une personne portant cette matière ne sera pas irrité par cette fibre. Elle a également l’avantage d’être en partie végétale contrairement au polyester, issu du pétrole.

Cependant, la viscose est tout sauf éthique. Non seulement à cause de son impact sanitaire sur les populations confrontées à petite ou à grande échelle à sa fabrication, mais également à cause de ses conséquences environnementales. Tout d’abord en ce qui concerne l’eau, consommée à outrance et polluée. Puis le bois, lui aussi très utilisé, ce qui joue un rôle important dans la déforestation.

La recherche sans fin de facilité et d’économies par les marques de fast fashion et les marques milieu de gamme a pour autant propulsé l’utilisation de viscose. Pourtant, il existe aujourd’hui des alternatives comme le Tencel, pour lequel le solvant utilisé est non chimique et entraîne donc une réduction de la pollution des eaux. Il n’est donc plus aussi compliqué de faire la transition vers un modèle de production plus écologique qu’il y a quelques années, et nous nous demandons bien ce que les grandes enseignes de mode attendent pour se mettre au vert.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

8 + un =