Profitez des retours offerts et de la livraison gratuite en France, Belgique et Luxembourg dès 120€ d’achat.

Mode et exploitation des Ouïghours : où en sont les marques concernées ?
2020-10-03

Mode et exploitation des Ouïghours : où en sont les marques concernées ?

Le scandale de l’exploitation des Ouïghours par l’industrie textile a éclaté en mars dernier suite à un rapport de l’ONG Australian Strategic Policy Institute (ASPI). Actuellement, 3 millions des membres de cette population turcophone et musulmane sont internés dans des camps de concentration, dans la région du Xinjiang en Chine. On parle de stérilisations forcées, de tortures physiques et psychologiques et d’exploitation dans des usines. Il s’agit d’un génocide et du plus grand internement de masse du XXIème siècle.

Mais qu’à à voir la mode là dedans nous direz-vous ?

Le Xinjiang produit 84% du coton chinois, la Chine étant le plus gros producteur de coton dans le monde. D’après les estimations du New York Times, 1 vêtement en coton sur 5 dans le monde contient du coton ou du fil provenant de cette région et donc d’usines qui exploitent très probablement des Ouïghours. Il y a 8 mois, ASPI a publié la « Liste de la honte », comme la nomme le député européen Raphaël Gluksmann : 83 entreprises, dont 38 issues de l’industrie de la mode, y sont accusées de se fournir auprès des 27 usines complices où plus de 80 000 individus auraient été transférés de force entre 2017 et 2019. Certaines marques ont nié, d’autres ont apporté des réponses plus ou moins transparentes… Il peut être difficile de distinguer les actions de communication des actes concrets ! C’est pourquoi nous vous proposons un résumé de la situation et vous donnons des pistes pour suivre ses évolutions au quotidien.

Des réponses concrètes

Patagonia a déclaré ne pas acheter de produits finis dans la région du Xinjiang et avoir déjà cartographié ses fournisseurs de matières premières (indiquant qu’ils savent d’où et de qui elles viennent) avant le scandale. De plus, ils travaillent avec la Fair Labor Association pour renforcer les garanties que tous leurs travailleurs sont traités en accord avec les droits humains fondamentaux. Lacoste a répondu à la mobilisation massive en s’engageant à cesser toute relation avec les fournisseurs et sous traitants incriminés et à rendre publiques ses mesures prises en conséquence. Adidas a pris les mêmes engagements.

Des déclarations insuffisantes, des dénis… et des mensonges complets

Le groupe Zara a catégoriquement nié son implication dans cette affaire, allant jusqu’à affirmer que l’ASPI a rétracté ses propos les incriminant (ce qui est faux, étonnement…). Nike a également nié son implication sans justification. Polo Ralph Lauren affirme cesser de travailler avec les usines du Xinjiang, mais les Ouïghours peuvent être exploités dans d’autres régions de la Chine. Ils ont également régulièrement mené des audits, mais à ce jour, nous n’avons pas d’information sur leur avancement. Certaines marques, comme Calvin Klein et Tommy Highfilger, affirment avoir pris conscience du problème et agi en conséquence, mais n’ont donné que peu de précisions.

La marque Cerrutti 1881 n’a pas réagi au rapport d’ASPI.
Que peut-on faire ?

Cette situation est extrêmement frustrante, mais il est possible de faire avancer les choses en se mobilisant massivement ! Nous vous invitons à suivre les comptes Instagram  Ouïghours News  , Raphaël Glucksmann  et le hashtag #franceforuyghurs pour prendre connaissance des actions possibles par le public, et de signer cette pétition pour interpeler le gouvernement ! On vous conseille également de vérifier régulièrement ce document géré par l’application Clear Fashion, qui permet de suivre au jour le jour les réactions des marques concernées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

20 − 10 =