Le made-to-order : un modèle responsable et stylé ?
2021-03-01

Le made-to-order : un modèle responsable et stylé ?

Pratique responsable montante de l’industrie de la mode, le made-to-order suscite un grand intérêt de la part des marques et des consommateurs ! The Alleah s’est penché sur ce modèle, ses inconvénients et surtout ses avantages.

Le made-to-order, ou pré-commande, est la fabrication d’une pièce à la demande après qu’elle ait été achetée et commandée via la plateforme de vente d’une marque. Cela implique que le nombre de pièces réalisées correspond exactement au nombre de pièces achetées, et donc qu’aucun vêtement ne sera gâché ! C’est donc un moyen efficace pour les marques de combattre le gâchis textile. Si vous recherchez des critères sur la responsabilité des marques, le made-to-order peut donc être un bon indicateur pour une fabrication éthique, d’autant plus que de nombreux vêtements réalisés à la commande proviennent souvent de deadstock ou de matières premières éco-responsables !

© Chasing Unicorns

De nombreuses marques passent au made-to-order, notamment en France ! L’exemple le plus en vue est MaisonCléo, label installé à Calais qui récupère des deadstock fabrics pour réaliser à la main des pièces osées et joyeuses. Leur modèle à la commande fait que de très petites quantités sont produites et que leur e-shop est pris d’assaut à chaque ouverture les mercredis ! On adore également la marque Chasing Unicorns, qui en plus d’un système de pré-commande applique une politique zero waste tout au long de sa supply chain. Le made-to-order est un bon moyen de se lancer pour une petite entreprise, car cela permet de ne rien investir plus que nécessaire dans la fabrication des pièces tout en faisant un geste pour l’environnement ! Par ses avantages écologiques, économiques et son aspect exclusif, ce modèle gagne fortement en popularité auprès des acteurs de la mode mais aussi des consommateurs.

En effet, le public trouve de nombreux avantages dans le made-to-order. Après des années à appliquer une consommation de masse, cela permet de renouer avec l’impression que nos vêtements ont été faits pour nous et avec soin, ce qui est un véritable luxe à un prix souvent plus accessible que ceux appliqués par les grandes maisons de mode. Certes, il faut patienter avant la réception de son colis pendant quelques semaines, mais on n’en est que plus ravi.e quand on peut enfin déballer notre précieuse acquisition. Ce système permet un vrai retour aux bases et encourage un engagement dans la slow fashion : les vêtements made-to-order peuvent être bien plus chers que ceux de la fast fashion dû à leur qualités, mais cela nous encourage à les choisir uniquement s’ ils nous plaisent vraiment et à en consommer moins souvent !

© MaisonCléo

Si le made-to-order nous rappelle une façon “ancienne” de consommer la mode, en attachant plus de valeurs à des produits faits-main et achetés moins souvent, la digitalisation a joué un grand rôle dans son come-back. En effet, il est plus que jamais facile de récolter le nombre de commandes depuis son site Internet avant de les passer aux fournisseurs. La technologie est ici une alliée qui facilite les processus de fabrication durables. Le Circular Fashion Summit de 2020 a en effet insisté sur le fait que la digitalisation avait un grand rôle à jouer dans la mode responsable. Pour le made-to-order, on peut imaginer des logiciels qui aident les marques à ajuster leur production exactement à la demande. Ce modèle de production a en tout cas de beaux jours devant lui !

One comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

douze − cinq =