Profitez des retours offerts et de la livraison gratuite en France, Belgique et Luxembourg dès 120€ d’achat.

Le bio textile, une innovation responsable
2021-02-22

Le bio textile, une innovation responsable

Retour à la nature : l‘accent est de plus en plus mis sur les fibres naturelles.

On sait aujourd’hui que dans l’industrie textile, les matières naturelles, ne sont pas toujours synonyme d’éco-responsabilité ! Exemple, la production de coton non biologique ainsi que la laine et le cuir non certifié, ont un impact extrêmement négatif sur l’environnement, les animaux et les hommes.

Parmi les matières naturelles eco-friendly, qui reviennent en force pour soutenir le développement d’une mode écologique et durable, il y a le coton bio, le lin et le chanvre. Des cultures qui ont le méritent d’être très peu gourmandes en eau et qui ne nécessitent aucun traitement chimique.

Mais il reste de nombreuses autres façons de produire du tissu, grâce à la nature, sans pollution ni consommation excessive des ressources.

Lorsque des scientifiques et des designers s’inspirent de méthodes ancestrales pour créer de nouveaux textiles et faire avancer l’industrie de la mode vers un avenir plus durable, voici que cela donne :

La feuille d’ananas

Utilisée depuis longtemps aux Philippines, la fibre de feuilles d’ananas est le nouveau cuir végétal. Connue sous le nom de Piñatex et développée par Ananas Anman. Ce textile naturel et non tissé, permet d’obtenir une matière robuste et visuellement très proche du cuir. Son processus de production ne requiert aucun produit chimique toxique, ni métaux lourds.

La fibre de lotus

Un tissu écologique exclusif et luxueux, car très rare. Il faut travailler plus de 2’000 tiges de lotus pour obtenir 1 seul mètre de tissu ! Un savoir-faire ancestral, détenu par les femmes vivant au bord du lac Inlé en Birmanie. Dernier endroit au monde où l’on sait filer la fibre de cette plante aquatique qui offre un rendu léger, soyeux et aéré, aux propriétés anti-tâches. Notamment utilisée dans la création de vestes ou d’écharpes. L’industrie du luxe et les marques premium si intéressent aujourd’hui de près.

La fibre d’algue

Véritable fibre révolutionnaire, le SeaCell™ est composée d’algues et de cellulose végétale, qui proviennent généralement d’Islande. Les algues sont cultivées dans des fermes d’algoculture responsables, et la texture de ce tissu ressemble à celle du Lyocell ou du Modal. Cela donne une matière très douce, qui laisse la peau respirer. Parfait pour les vêtements de sport, les hauts et la lingerie ! Et si l’on peut craindre que nos habits sentent l’algue, soyons rassurés, aucune odeur ne s’en dégage.. 🙂

Les plantes et la nature ont toujours permis aux humains de se confectionner des vêtements.

La fibre de banane

Bananatex. Banana pour banane, tex pour textile. Une première mondiale pour ce tissu développé par les fondateurs de la marque de sacs Qwestion. Un produit 100 % biologique et écologique qui règle en même temps la problématique de la gestion des déchets issus de l’industrie de la banane. Le bananatex offre un tissu très résistant et imperméable, ce qui est un sacré plus ! Idéal pour les sacs et la bagagerie.

La fibre de coco

Un tissu léger et biodégradable, lorsqu’il est filé et mélangé à du coton bio. Une fois recyclée et transformée, cette matière permet de créer des vêtements qui régulent la température et protègent même des rayons UV. Son utilisation commence à se répandre dans le sportswear. Attention cependant à ce qu’elle ne soit pas mixée à des matières synthétiques (non recyclées), comme le fait la société Cocona®.

La fibre de lait

Sûrement la plus surprenante ! Une innovation que l’on doit à la biologiste allemande, Anke Domaske, qui a su remettre au goût du jour et de manière écologique une technique inventée en 1937. Une solution idéale pour lutter contre le gaspillage. Eh oui, 20 % de la production mondiale de lait est jetée chaque année, en raison de normes sanitaires strictes… Aujourd’hui, des sociétés comme Qmilk en Allemagne ou Duedilatte en Italie, utilisent ce procédé naturel et à faible consommation d’énergie, pour obtenir à partir de la caséine (protéine du lait), un tissu doux comme de la soie et biodégradable. Mais la révolution ne s’arrête pas là, puisque Qmilk développe aussi du bioplastique, grâce à cette même protéine.

Un vent de fraîcheur !

Cette vague d’innovation créative semble élargir le champ des possibles en proposant tout un catalogue de nouvelles matières qui contribuent à faire de l’industrie textile, une industrie moins polluante.

Peut-on imaginer que ces nouvelles matières composeront une partie de nos vêtements de demain ? Probablement que oui, c’est visiblement bien parti !

Quoi qu’il en soit, la fusion de la mode et de la technologie ouvre de nouvelles perspectives et rivalise d’ingéniosité pour nous offrir des fibres innovantes, écologiques et prometteuses.

À suivre …

Guide des matières

Découvre d’autres matières écologiques et durables et deviens imbattable sur le sujet ! 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

dix + 7 =