Pourquoi la mode écoresponsable doit être accessible ?
2021-03-22

Pourquoi la mode écoresponsable doit être accessible ?

La fast fashion est destructrice pour l’environnement. Pollution de l’air, des eaux, et des sols vont de pair avec cette industrie. Elle continue pourtant d’attirer la clientèle avec des prix battant toute concurrence. De son côté la mode écoresponsable se développe, mais pour changer la donne, il faut que celle-ci soit accessible.

La fast-fashion pollue de multiples manières. D’après l’Agence de la Transition Écologique (Ademe), 1.2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre sont émises chaque année par l’industrie de la mode. Et pourtant, 4 millions de tonnes de vêtements sont jetés en Europe tous les ans. À cela s’ajoute donc le gaspillage. Les textiles seront par la suite brûlés ou enterrés, mais la création même des habits de fast fashion pollue. Elle nécessite tout d’abord de l’engrais et de l’eau en grande quantité, à quoi seront ajoutés des pesticides pour faire pousser du coton par exemple. Et tout cela sans parler de la pollution générée par les matières plastiques utilisées par l’industrie.

À l’inverse, la mode écoresponsable privilégie les tissus biologiques ou la fibre de lin. En effet le lin n’a besoin que de peu d’engrais et d’eau. Les quantités de vêtements produites sont également restreintes. Certaines marques produisent même à la demande uniquement : c’est le made-to-order, autrement dit la pré-commande. L’upcycling est également une pratique qui se démocratise et limite la fabrication de nouveau tissu, au même titre que la seconde main ou les friperies physiques.

La fast-fashion toujours attractive

Malgré tout, la fast fashion reste plébiscitée par les consommateurs, et ce, pour différentes raisons. Pour commencer, le sentiment de besoin est bel et bien ancré. Les stratégies marketing des enseignes de fast fashion ont été très efficaces : s’installer au cœur des centre-villes, se renouveler très régulièrement, faire appel aux influenceurs-euses… Et par dessus tout, proposer des prix très bas. Nous avons alors tendance à acheter plus avec le sentiment d’avoir fait des économies comme admet Noholita dans le documentaire Arte sur la fast fashion et ses dessous.

La mode écoresponsable doit pourtant se frayer une place au sommet et concurrencer la fast fashion. Les plateformes de mode d’occasion comme Vestiaire Collective, Depop, ou Vinted sont d’ailleurs en plein essor. Même les friperies sont devenues des magasins mode à part entière aux yeux d’une partie des consommateurs. Et ces 2 piliers de la seconde main ont un point commun important, non seulement entre eux, mais avec la fast fashion : des prix bas et attractif. Des prix qu’on espère ne pas voir augmenter sous l’effet de la tendance, car tous deux ont aussi été créés pour nous permettre de faire des économies. Malheureusement, du côté des marques éthiques, les prix sont plus élevés, et cela s’explique entre autres par plus de qualité et de durabilité.

Vêtements éco-conçus, des produits élitistes ?

Les marques écoresponsables ne pourront en effet jamais proposer les mêmes prix que les enseignes de fast fashion. Elles n’utiliseront pas du coton cultivé en Inde avec des pesticides interdits en Europe pour faire des économies sur les matières premières. Elles ne privilégieront pas les matières plastiques pour faire des économies sur la production. Elles ne feront pas produire en Chine ou au Bengladesh pour faire des économies sur la main d’œuvre. Et le prix élevé est le fruit de ces concessions qui ne se feront pas.

Mais le consommateur ne peux pas être blâmé lorsqu’il se tourne vers la fast fashion par manque de moyens. Particulièrement en ce qui concerne la mode pour enfant. Leur croissance entraîne un renouvellement nécessaire de leurs vêtements de façon régulière. Mais également pour les éléments « mineurs » d’une tenue comme les chaussettes et les maillots de bain. Tout le monde ne peut pas se permettre d’acheter une paire à 30€. Cependant, il faut savoir que par exemple, pour un maillot de bain écoresponsable vendu à 115€, les bénéfices de la marque ne seront que d’une vingtaine d’euros d’après une précédente enquête menée par The Alleah.

La mode écoresponsable doit être abordable

La mode écoresponsable se doit tout de même de rester accessible. Tout d’abord dans l’espoir de surpasser la fast fashion et donc participer activement à réduire notre impact environnemental global. On remarque par ailleurs que le groupe Inditex, propriétaire de Zara, a vu son bénéfice net baisser de 70 % en 2020 selon La Tribune, notamment à cause du Covid. Un créneau est donc à saisir.

Mais si la mode écoresponsable doit rester abordable, c’est également afin que le respect de l’environnement ne soit pas réservé aux classes sociales les plus aisées. Elle doit être accessible à tous afin de prendre part à un processus écologique démocratique et lui permettre d’avoir une plus grande ampleur. La solidarité doit être au cœur de l’enjeu écologique et des efforts mis en place pour parvenir à réduire l’impact environnemental de l’industrie de la mode et des humains en général.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

cinq × 4 =