La mode circulaire pourrait peser 5000 milliards de dollars grâce à la digitalisation
2021-01-19

La mode circulaire pourrait peser 5000 milliards de dollars grâce à la digitalisation

5000 milliards de dollars. Ce chiffre impressionnant est une estimation du poids économique que pourrait peser une industrie de la mode circulaire. Il a été évoqué à l’occasion du Circular Fashion Summit et dans le rapport Year Zero publié pour cet événement. 

Le Circular Fashion Summit est organisé par l’entreprise lablaco et soutenu notamment par Vogue Business. Cet événement et les actions qui en découlent ont pour but d’accélérer la transition de la mode vers une industrie circulaire, connectée et digitalisée. Le rapport publié à l’occasion de ce sommet analyse de nombreux aspects de l’équation : état actuel de l’industrie et de l’économie, tendances chez les consommateurs… La mode circulaire est ici présentée comme le but ultime à atteindre pour l’industrie (c’est d’ailleurs le premier voeu que nous faisons pour 2021 !), et repose sur les principes suivants : le respect des ressources utilisées et la réutilisation “infinie” de ces ressources, pour un système autosuffisant, solide économiquement et respectueux de l’environnement. Tout un programme !

Cette vision extrêmement ambitieuse pour l’industrie se projette sur le très long terme, alors que le concept de la circularité est relativement jeune dans la mode. Les exemples d’un système circulaire sont pour le moment assez fragmentés dans l’industrie et appliqués par des structures souvent petites ou moyennes. Pour vous donner une idée plus concrète (et, soyons honnêtes, un peu plus fun) de la circularité dans la mode aujourd’hui, voici quelques exemples : l’upcycling, appliqué par de nombreuses marques comme Anicet ou Marine Serre, l’utilisation de deadstock fabrics qui permet de créer des collections neuves sans produire de nouveaux textiles, ou encore les plateformes de vente de seconde-main comme Vinted, qui s’inscrivent dans un esprit circulaire dans le sens où elles prolongent le cycle de vie des produits mode. Les initiatives sont nombreuses ! L’ambition du Circular Fashion Summit est de pousser l’ensemble de l’industrie vers ces modèles grâce à un outil précis.

En effet, le propos du rapport est que la mode circulaire peut devenir une économie globale, et non pas des initiatives de marques isolées, grâce à la digitalisation. Par exemple : en utilisant la blockchain pour la traçabilité, la technologie régénérative comme celle créé par l’entreprise Evrnu, qui permet de transformer des vêtements abandonnés en fibres 100% réutilisables, ou encore les méthodes innovantes comme celles de l’entreprise SpinDye, qui permettent la teinture de vêtements en économisant 75% d’eau et 90% de produits chimiques en moins (ces entreprises sont prises en exemple dans le rapport). Year Zero analyse également comment la digitalisation peut aider les marques à offrir des services de récupération de vêtements, de vente de seconde-main ou de production à la demande. Si, comme de nombreux experts le soulignent, la technologie ne peut pas être en elle-même la solution à nos problèmes, les outils indiqués dans le rapport peuvent efficacement aider à une transition globale s’ils soutiennent bien des pratiques responsables.

D’après le Circular Fashion Summit, c’est donc en appliquant toutes les innovations rendues possibles par la digitalisation que l’industrie de la mode circulaire pourrait peser cette somme impressionnante de 5 trillions de dollars. Cela représente un poids encore plus important que celui de l’industrie de la mode actuelle, qui est d’environ 2.5 trillion de dollars. Year Zero est donc un argument massif pour démontrer qu’une transition responsable vers la circularité est possible et pourrait créer une économie viable et de nombreux emplois. La grande question étant : malgré les innovations et les pratiques circulaires vantées par le rapport, est-il réellement possible de construire une industrie aussi énorme tout en étant responsable d’un point de vue social et environnemental ? Le défi paraît monumental, mais le Circular Fashion Summit a au moins le mérite de proposer de multiples solutions pour y parvenir. Reste à voir si les acteurs de l’industrie seront prêts à les appliquer.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

quinze − 7 =