Émissions carbone : un enjeu responsable majeur pour l’industrie de la mode
2021-04-17

Émissions carbone : un enjeu responsable majeur pour l’industrie de la mode

Les émissions carbone jouent un rôle majeur dans le dérèglement climatique, et l’industrie de la mode en est l’un des plus gros émetteurs au monde. The Alleah s’est penché sur les solutions concrètes proposées par les experts et les actions qui peuvent être mises en place.

Depuis la révolution industrielle, les émissions de gaz à effet de serre ont contribué à l’augmentation des températures globales jusqu’à 1.1 degré, causant les fortes perturbations climatiques que nous connaissons aujourd’hui. D’après un rapport réalisé par l’organisation engagée Global Fashion Agenda et le cabinet Mckinsey & Company, l’industrie de la mode a été responsable en 2018 de 4% des émissions carbone mondiales, en relâchant 2,1 milliards de tonnes de de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Si aucune action n’est mise en place, le rapport prévoit une augmentation des émissions de l’industrie de 2,7% par an. Comment la mode peut-elle agir face à cet enjeu majeur du changement climatique ? Des actions sont à mener dans deux domaines : il a été établi que 70% des émissions carbone de la mode proviennent du stade de production et de préparation des matériaux, tandis que 30% viennent des opérations des marques, des retailers et de l’utilisation par les consommateurs.

Agir lors de la production

Le rapport indique qu’une production de matériaux décarbonisée pourrait économiser 205 millions de tonnes d’émissions par an. Cela implique notamment d’utiliser 40% de pesticides et de fertilisateurs en moins lors de la culture du coton, car ces produits sont étroitement liés aux émissions carbone. Le processing des matériaux (couture, tissage, teinture…) est une étape clé des le combat contre les émissions carbone. En effet, 750 millions de tonnes d’émissions par an pourraient être évitées en réduisant drastiquement l’utilisation d’eau et en passant à l’utilisation d’énergies 100% renouvelables lors des opérations. Enfin, 90 millions de tonnes d’émissions pourraient être sauvegardées au stade d’assemblage des vêtements, en améliorant l’efficacité énergétique au niveau des chauffages et de la ventilation, ainsi qu’en utilisant la technologie pour améliorer l’efficacité des machines à coudre et autres équipements. Le tout, encore une fois, en passant aux énergies 100% renouvelables.

Agir au niveau des marques

En plus d’encourager leurs suppliers à adopter des pratiques responsables et à investir dans les changements indiqués ci-dessus, les marques peuvent agir sur leurs propres opérations. En passant notamment à 90% de transport maritime et à seulement 10% de transport aérien, l’industrie pourrait économiser 39 millions de tonnes d’émissions par an. En utilisant des packagings responsables et en minimisant les retours de produits, 5 et 12 millions de tonnes d’émissions annuelles peuvent être évitées. Au niveau des opérations de vente dans les boutiques, réduire l’utilisation d’énergies de 40% et passer à des sources 100% renouvelables préserverait 52 millions de tonnes par an. Mais le secteur le plus important pour les marques est, comme toujours, la surproduction. Actuellement, 40% des vêtements sont vendus à prix réduits dû à des stocks dépassant largement la demande. Une réduction de 10% seulement de cette surproduction pourrait faire économiser 158 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre par an d’ici 2030. Cela est aisément réalisable, notamment en investissant dans des technologies permettant de gérer les stocks et la demande ou en passant à un modèle de pré-commande.

Des acteurs qui s’impliquent
© Boyish

Si le chemin à faire peut sembler interminable, les marques responsables s’impliquent activement dans ce combat ! C’est notamment le cas de Boyish Jeans, qui en plus d’appliquer des pratiques responsables comme celles présentées dans l’article travaille avec le Carbon Fund pour compenser ses émissions carbone. En joaillerie, certaines marques comme Kimaï utilisent des diamants produits en laboratoire grâce à des énergies renouvelables. Cela fait une énorme différence au niveau de l’impact carbone comparé aux énergies utilisées pour extraire les diamants miniers ! En alliant innovations et volonté des entreprises de nombreuses solutions sont donc possibles pour réduire l’impact carbone de l’industrie de la mode.

 

Pour en savoir plus : Fashion on climate full report  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

14 + vingt =