Comment passer à la mode éco-responsable sans un rond ?
2020-11-16

Comment passer à la mode éco-responsable sans un rond ?

On ne cesse de jurer par la mode éco-responsable, de proscrire la fast fashion ; mais comment faire, allez vous me rétorquer, quand une robe coûte 200 euros chez les premiers et uniquement 20 euros chez les seconds ? Voici ici nos meilleurs conseils pour prendre la route de la mode éco-responsable, sans se ruiner. Parce que la mode éco-responsable, ce ne sont pas seulement des marques, c’est aussi un art de s’occuper de ce qu’on possède déjà. 

Avant de faire un plan sur la comète pour vous constituer un dressing de pièces de marques éco-responsables, commencez par faire le tri dans vos placards (cf notre article sur les conseils pour faire le tri)! L’astuce est de ne pas faire le tri une fois par an durant le ménage de printemps (ou durant le confinement), mais de faire un tri, ou en tout cas un rangement, régulier. Le meilleur conseil que je puisse vous donner, bien que je n’en ai pas moi-même la possibilité, est de pouvoir voir tout ce que vous avez : si vous pouvez tout mettre sur portants, n’hésitez pas. L’idée ici n’est pas pour « starifier » son dressing, mais de voir l’intégralité de ce que vous possédez. De ce fait, vous n’oubliez pas vos pièces et vous avez moins de risque de les acheter en doublon. 

Après avoir apporté une visibilité quotidienne sur tout ce que vous avez (d’où le rangement régulier si vous n’avez pas de place pour des portants), prêtez attention à ce que vous portez peu. Pour cela vous pouvez utiliser la technique des cintres : mettez le cintre à l’endroit quand vous portez une pièce, et laissez les cintres à l’envers tant que vous ne la portez pas. De cette manière, vous voyez rapidement ce que vous portez le plus souvent. 

Pour exploiter ce que l’on a déjà, la troisième possibilité est de jouer sur les combinaisons, car oui, il nous arrive souvent de porter les mêmes pièces ensemble. En réalité, pour éviter de se lasser de sa garde robe, il faut jouer sur les variations. Prenez une journée de votre confinemenr pour assembler des pièces que vous n’aurez pas nécessairement mises ensemble de prime abord : mettez un col roulé sous une robe de printemps durant l’hiver, jouer sur la superposition et les couches. Vous pouvez même mettre une robe en guise de top, rentrée dans un pantalon !

La mode a ce problème constant : elle peut nous lasser vite et cela nous donne cette envie incessante de nouveautés. Après être sûr.e de ce que vous avez besoin/voulez/ne voulez plus, une solution très eco-friendly et aussi très économique est d’organiser des séances de troc entre ami.e.s : nos armoires regorgent toutes de trésors, même quand on ne veut plus les mettre (je tiens à préciser que jusque-là, on n’a toujours pas ouvert son porte monnaie). Après le troc vient l’upcycling : on vous le montre suffisamment avec les fonds de placard TikTok du dimanche sur notre compte Instagram, tout ce que vous avez est ajustable, transformable et améliorable. Même si vous n’êtes pas couturier.e, il existe beaucoup de transformations possibles rien qu’avec une paire de ciseaux, une aiguille et du fil. Si vous voulez un rendu propre à la machine à coudre, je suis sûre que votre grand mère/grande tante serait ravie de vous aider. En ce sens, les réseaux sociaux sont une source d’inspiration assez riche pour revisiter ses vêtements. 

Après avoir effectué toutes ces étapes, et seulement après, vous pouvez vous rendre en friperie pour faire du shopping. Attention, il existe plusieurs genres de fripes : il y a celles que l’on trouve généralement en centre ville, proposant essentiellement des pièces vintage de créateurs assez chères, et à l’inverse, beaucoup de fripes solidaires brassant toutes sortes de gammes de produits et proposant des prix plus variés, ce qui peut mener à de très bonnes affaires (Ding Fring du Relais, Guerrisol…). Par le bouche à oreille, découvrez également les petites friperies qui ne font pas partie de chaînes et pratiquent des prix séduisants. À Paris, je vous conseille vivement La Textilerie, dans le 10ème arrondissement. 

Vous pouvez également rechercher des vêtements de seconde main sur les grandes plateformes que sont Vinted, Depop et Vestiaire Collective (cette dernière mettant en avant plutôt des produits de marques de luxe et de créateurs). Sur Vinted, n’hésitez pas à utiliser de manière intelligente les filtres pour vous fixer votre propre budget avant d’effectuer une recherche. Cela vous permet de contrôler ce que vous voulez mettre au maximum dans chaque pièce. 

Enfin, il est bien évidemment tentant de s’offrir une belle pièce d’un créateur éco-responsable, car c’est également un moyen de soutenir leurs initiatives et leur engagement. Pour cela, je ne saurais vous recommander autre chose que l’achat raisonné : achetez moins mais mieux, ce qui vous permettra parfois de mettre le prix pour un vêtement que vous garderez longtemps. Vous pouvez aussi vous demander ce que vous préférez entre acheter beaucoup de pièces peu chères sur Vinted/en fripes ou bien préférer une pièce de créateur. Certains critiquent également la consommation effrénée de vêtements sur Vinted en tant que comportement de consommation reproductif de ce qu’il se passe dans la fast fashion (n’ayant pas d’avis tranché sur la question, je plante uniquement une graine). 

Enfin, puisque se convertir à la mode responsable n’est pas uniquement une affaire d’acquisitions de nouveautés, un dernier conseil à retenir concernerait le lavage de vos vêtements. Comme vous le savez certainement, nos vêtements contiennent des microplastiques, qui s’échappent lors des passages dans la machine à laver. Ces microplastiques sont ensuite in fine déversés dans les océans, et ingurgités par les espèces marines. Les vêtements et leur lavage sont responsables pour près de 90% des microplastiques présents dans les océans. Le meilleur moyen de prévenir cette pollution est de laver le moins souvent possible ses vêtements. La laine ne retient par exemple pas les odeurs et il suffit d’aérer nos pulls dehors pendant plusieurs heures au lieu de les passer en machine. Il est donc préférable d’utiliser la machine à laver avec parcimonie. 

Voici donc un petit guide non exhaustif pour se convertir à la mode éco-responsable sans se ruiner. Si vous prenez soin et faites attention à ce que vous possédez déjà (nous avons tous beaucoup de trésors), il sera d’autant plus spécial de s’offrir une nouvelle pièce occasionnellement, soutenant aussi de cette manière des petites marques et des initiatives qui fédèrent la slow fashion. Comme le dit notre gourou Vivienne Westwood : buy less, choose well, make it last

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

neuf − neuf =