Comment choisir son shampooing bio ?

Comment choisir son shampooing bio ?

Il existe de plus en plus de produits capillaires écoresponsables. Les shampooings biologiques quant à eux se sont développés il y a déjà plusieurs années, mais le bio ne fait pas tout. Voici donc quelques conseils établis avec l’aide de la coiffeuse bio Sandrine Mairot pour trouver des shampooings biologiques adaptés.

1 – Les certifications et logos

Les certifications bios peuvent comporter un cahier des charges plus ou moins strict. « Le label bio allemand BDIH est l’un des plus rigoureux » explique Sandrine Mairot. Il garantit un produit non testé sur les animaux et interdit entre autres les éléments issus de la pétrochimie. À titre de comparaison, le label français Cosmébio autorise jusqu’à 5% d’éléments pétrochimiques.

Par ailleurs, la législation européenne impose un minimum de 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique aux produits transformés. Il est tout de même préférable de vérifier la qualité du logo apposé. Les produits végans sont également privilégiés pour leur éthique animale.

2 – La composition

Sandrine Mairot est particulièrement sensible à la composition des produits qu’elle utilise depuis qu’au cours de sa formation de coiffure, des allergies se sont révélées. La composition des produits doit être responsable à la fois pour le consommateur, la planète, et les coiffeurs ! Il y a donc certains composants à éviter : tensioactifs, oxybenzone, parfums artificiels, hydroquinone, parabens, resorcine, silicones, PEG… Les shampooings bios 100% naturels représentent une meilleure alternative, et même dans le naturel certains éléments sont à éviter. Notamment les colorants à base de charbon et le fluorure.

Plus globalement, les 4 premiers composants sont évocateurs de la qualité du shampooing. Sandrine Mairot nous prodigue quelques conseils précis à ce sujet : « L’eau en premier composant indique un produit probablement peu efficace, tandis que les huiles essentielles peuvent être allergènes lorsque trop présentes. Quant aux shampooings solides, il faut se méfier de l’excès d’argile ».

3 – Le type de cheveu

Le choix du shampooing bio doit bien sûr être également adapté à notre type de cheveu. Chacun a sa particularité. Les cheveux très bouclés par exemple peuvent nécessiter plus d’hydratation. Tout comme les cheveux secs, pour lesquels il faudra tout de même préférer un shampooing pour cheveux dits « normaux » et venir hydrater sur les longueurs avec un masque pour ne pas rendre la racine grasse. Pour la même raison, il est également préférable d’éviter les shampooings 2 en 1.

Cependant ne pas assécher son cuir chevelu est important car le sébum est protecteur. En parlant de cuir chevelu, Sandrine Mairot conseille d’utiliser un shampooing bio à l’argile pour régler les problèmes de pellicules ou de psoriasis. À noter que le brossage des cheveux permet de répartir le sébum sur l’ensemble du cheveu et le rendre plus brillant.

4 – La saisonnalité

Les saisons ont également un rôle dans le type de shampooing à choisir. Les besoins changent au cours de chacune d’elle. Avant le printemps, un shampooing au gingembre sera idéal pour le renouveau. L’été, les cheveux sont mis à rude épreuve avec le soleil, l’eau de mer, le chlore… Sandrine Mairot suggère donc un shampooing à la menthe et aux huiles essentielles.

Pour les saisons plus fraîches, d’autres éléments sont recommandés. À l’automne il est nécessaire de nettoyer les excès de l’été. Utiliser un actif anti inflammatoire est donc de mise pour accueillir la saison suivante. Notre coiffeuse bio privilégie également la lavande pour l’hiver.

5 – Les marques

Comme évoqué au sujet des certifications, l’Allemagne est un leader en terme de cosmétiques bios. C’est donc sans surprise que Sandrine Mairot conseille Dr. Hauschka. La marque utilise les ressources qu’elle cultive elle-même dans son jardin à Eckwalden.

Terre de Couleur est aussi privilégiée par la coiffeuse bio. La marque, cette fois française, utilise moins de 50% d’eau par produit, une eau de plus dynamisée, de l’argile, des huiles végétales, des sels minéraux… Même leurs colorations sont végétales. Mais pour en revenir au shampooing, Sandrine Mairot nous prodigue un dernier conseil. « Le lavage se fait en deux étapes : un premier à l’eau très chaude pour nettoyer, et un deuxième que l’on laisse poser environ 3 minutes pour laisser agir les actifs ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

14 + 2 =