C’est quoi le problème avec la laine ?
2020-12-21

C’est quoi le problème avec la laine ?

Le mois de Décembre rime avec soirées lovées dans notre canapé avec une bonne tasse de thé à regarder des films de noël et bien emmitouflé dans notre gros pull en laine favori ! La laine reste notre matière chouchou de l’hiver pour sa douceur et sa chaleur, mais aussi pour son côté eco-friendly ! Fibre naturelle aux nombreuses vertus, la laine est souvent perçue comme éthique et responsable. Mais connaissez-vous ses vices cachés ? Malgré ses propriétés naturelles et sa biodégradabilité, l’utilisation de la laine soulève de grands débats dans l’univers textile. De nombreux experts et études ont démontré les mauvais impacts de la production de la laine sur l’environnement mais aussi sur le bien-être animal. 

Afin de vous éclairer sur le sujet et vous aider à construire votre propre avis sur la question, la rédaction a décidé de consacrer un article complet sur votre matière chouchou du moment, la laine !

Tout d’abord la laine késako?

La laine est une fibre d’origine naturelle animale provenant de la  toison des animaux, principalement d’ovins ou autrement dit la famille des moutons.  Elle est souvent utilisée dans la production textile car elle possède de nombreux attributs : bonne protection thermique, forte résistance à l’usage, anti-odeurs, bonne élasticité et une grande souplesse.  Il existe autant de variétés de laine que de sorte de moutons, présentant des qualités et usages différents. La qualité de la laine est caractérisée par sa finesse. De réputation, les laines les plus fines sont les laines les plus belles et les plus délicates. La laine Merinos est perçue comme une des plus belles laines au monde de par sa finesse, sa délicatesse et sa douceur. Selon une étude Supply Compass, 90% de la laine mondiale est utilisée pour la confection de vêtements de qualité . En volume, la laine ne représente que 1,2 % de la production mondiale du marché de l’habillement, mais représente 8% de sa valeur monétaire, s’affirmant ainsi comme une fibre raffinée.

Matière très appréciée et star du secteur de l’habillement milieu/haut de gamme, l’industrie lainière est également remise en question pour des principes éthiques et environnementaux. 

Pourquoi un tel engouement autour de cette matière ?

Parce c’est trop agréable de sentir la douceur et la chaleur de son pull en laine l’hiver. Oui, vous marquez un bon point ! Les raisons principales pour lesquelles la laine connait un grand succès, ce sont avant tout pour ses nombreux attributs cités plus haut. Mais pas seulement ! En plus de toutes ses qualités, la laine est également souvent perçue comme LA matière biologique : naturelle, renouvelable et biodégradable.  Complètement naturelle, la laine se forme directement sur les moutons après leur tonte. Elle est également 100% biodégradable et se décompose très facilement en environnement chaud et humide. La laine ne déverse aucune microparticules dans la terre ou océans lors de sa dégradation, contrairement aux matières synthétiques. Elle libère même des nutriments précieux, tels que l’azote, le souffre et le magnésium favorisant la fertilisation des sols et la croissance des plantes. Le saviez-vous?  La laine peut même être utilisée en engrais pour faire pousser des herbes ou des légumes.

Également, la culture de la laine ne nécessite que très peu d’énergie contrairement au coton ou au polyester. Sa fabrication consomme 18% d’énergie en moins que le polyester et 70% moins d’eau sont nécessaires pour produire une centaine de pulls en laine qu’en coton conventionnel.  Last but not least, une responsabilité essentielle dans les soins de santé pour des moutons heureux implique la tonte de leur toison. La laine du mouton ne tombe pas toute seule, ainsi, la tonture est nécessaire au bien-être du mouton.Respectueuse de l’environnement et du bien-être animal, la laine a tout pour être LA référence en matière textile éco-responsable. Mais pour quelles raisons, sa réputation est-elle remise en question par les experts ?

Les dessous de la culture de la laine

90% de la laine Merinos utilisée dans l’industrie textile provient de la région d’Océanie, majoritairement d’Australie.  La particularité des Moutons Mérinos est leur peau très plissée, sujette à une surabondance de laine, raison pour laquelle ce sont les favoris de l’industrie lainière pour leur grande productivité de laine raffinée. Or, ces replis cutanés sont des terrains propices pour les mouches bleues pour pondre leurs œufs, particulièrement dans la zone péri-anale. Ainsi, les larves des mouches pénètrent sous la peau des ovins pour se nourrir et peuvent causer de graves infections cutanées. Pour y remédier, les éleveurs australiens pratiquent le mulesing : « technique chirurgicale d’ablation à coups de cisaille d’une partie de la peau périanale des bêtes». Pratique qui se veut relativement bénigne mais qui s’avère être en réalité, atroce et traumatisante pour les moutons. Cette opération est souvent réalisée à vif, sans anesthésie et même sans soins ultérieurs des plaies. Technique considérée comme barbare et obsolète pour de nombreux pays, elle a même été interdite en Nouvelle-Zélande en 2018. Encore pratiquée en Australie, il n’est pas toujours facile de savoir si notre pull en laine de Merinos d’Australie provient de moutons ayant subis cette pratique.

L’élevage intensif des moutons nocif pour l’environnement

Afin d’assurer une meilleure rentabilité de leur production de laine, l’élevage intensif de moutons est devenue une pratique courante. Puisque les moutons survivent grâce au pâturage, cela peut avoir des conséquences désastreuses pour l’environnement. Le surpâturage signifie que la végétation n’a pas assez de temps pour repousser avant d’être consommée. Le sol devient donc faible et vulnérable à l’érosion et à la désertification.  De plus, les traitements médicamenteux des moutons se retrouvent ensuite dans leur déjections qui se déversent dans les cours d’eau. Les substances chimiques présentent dans ces traitements polluent les eaux usées au-delà de toutes les normes en vigueur. Et pour finir, la rumination d’un mouton émet 8kg de méthane par an, un gaz 28 fois plus nocif pour le réchauffement climatique que le dioxyde de carbone. En effet, les moutons mangent beaucoup et lorsqu’ils digèrent, beaucoup de gaz (méthane) s’accumulent dans leurs intestins. Lors de l’évacuation de ces gaz, les moutons libéreront d’énormes quantités de méthane. Un mouton peut émettre jusqu’à 30 litres de méthane par jour. L’élevage de moutons contribue fortement à la pollution de la couche d’ozone.

Mais du coup, je fais quoi ? Dois-je boycotter tous les pulls en laine ?

Vous êtes un peu perdus suite aux informations délivrées ci-dessus. Pas de panique, la laine n’est pas non plus à bannir de vos placards ! Comme mentionné précédemment, il existe plusieurs types de laine et les conditions d’élevage des moutons varient souvent d’une ferme à une autre. La laine reste avant tout une fibre naturelle et écologique, il faut juste être attentif à la sélection de celle-ci et veiller à consommer principalement des vêtements issus de production responsable et respectueuse du bien-être animal.

Comment choisir son pull en laine sans culpabilité ?

Plusieurs options s’offrent à nous pour nous guider dans nos achats et nous aider à identifier la laine responsable. Différentes normes et labels indépendants ont été créés permettant de garantir une production respectueuse de l’environnement et du bien-être animal :

  • Responsible Wool Standard (RWS) : Norme mondiale d’ordre volontaire garantissant le bien-être des moutons et la protection des sols d’élevage.
  • ZQ Certification : Norme australienne de certification de de la laine qui prône qualité et respect : qualité de la fibre mais aussi respect et qualité du bien-être animal, des sols, des eaux pour les élevages de moutons. 
  • Global Recycled Standard: Norme internationale volontaire certifie par des tiers le contenu recyclé d’un produit et aussi le respect des critères la chaîne de contrôle, des pratiques sociales, environnementales et des restrictions au niveau de la composition chimique.

De manière générale pour un shopping éco-responsable, lisez bien les étiquettes avant d’acheter et privilégiez les produits certifiés garantissant une production responsable, les pulls en laine recyclés mais également, les vêtements de seconde main qui feront le bonheur les plus petites bourses

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

cinq × cinq =