C’est quoi le problème avec la certification bio ?

C’est quoi le problème avec la certification bio ?

Si la certification bio est devenue la preuve de bonne foi sur laquelle les marques de beautés s’appuient pour gagner une place dans nos cœurs, la rédaction a décidé aujourd’hui de vous éclairer sur ces précieux sésames, qui leur permettent de montrer pâte banche et d’accéder au saint graal aka le précieux monde de l’écoresponsabilité. Décryptage

Avant tout, qu’est qui rend un cosmétique bio ?

Pour les débutants ou pour ceux qui ont un doute (ça arrive même aux meilleurs), on vous fait un rappel du béaba du cosmétique bio.

Premièrement, il faut comprendre la différence entre un cosmétique dit bio et un cosmétique dit classique. Le premier regroupe l’ensemble des produits de beauté, soins de la peau, maquillages, produits capillaires, et autres parfums principalement composés d’ingrédients issues du milieu biologique, ils sont donc plus naturels mais également plus respectueux de l’environnement. À ce jour les produits bio certifiés représentent environ 6,5% du marché des cosmétiques contre 5% en 2018.

Vous l’aurez compris, ces cosmétiques mettent l’accent sur des actifs issus de la nature : huiles végétales, huiles essentielles, extraits de plantes, etc. Les matières agressives comme les parfums de synthèse, le paraben, silicones ou les matières polluantes pour l’environnement comme les pesticides sont interdits dans la formulation des produits.

Du côté des cosmétiques conventionnels, ils sont à bannir de votre routine, car ils sont remplis de principes actifs d’origine synthétique et peuvent avoir des effets indésirables notamment des allergènes, des perturbateurs endocriniens ou encore des irritants avérés.

Et c’est quoi cette histoire de label ?

S’il existe depuis la nuit des temps moultes labels dans divers domaines. Ils servent avant tout et surtout à nous aider sur la traçabilité des produits et sur la transparence de ses composants. En gros, si on vous dit qu’une crème est composée de produits entièrement bio, avec un packaging recyclé, issues de l’agricultures équitables, et non testé sur les animaux on pourrait carrément croire la marque sur parole parce que chez The Alleah on croit fort en un monde meilleur, mais avec le label, on sait que quelqu’un a fait le travail d’aller vérifier la véracité de tous ces propos et que tous les voyants sont en vert. Le job du label, c’est donc d’aposter un cachet de confiance sur les produits. Vous l’aurez donc compris, ces fameux labels nous facilitent grandement la vie, s’ils valident, on valide !

Quels labels et pour quoi ?

L’histoire a commencé avec Ecocert, l’organisme français indépendant de contrôle et de certification des produits issus de l’agriculture biologique. Côté cosmétique, Ecocert a été le premier organisme de certification à mettre en place un référentiel pour les cosmétiques écologiques et biologiques en 2003.

Ecocert

Les grands principes de ce référentiel sont les suivants :

  • Utilisation d’ingrédients issus de ressources renouvelables et procédés respectueux de l’environnement. Ecocert vérifie l’absence d’OGM, parabens, phénoxyéthanol, nanoparticules, silicone, PEG, parfums et colorants de synthèse, ingrédients provenant d’animaux, mais également le caractère biodégradable ou recyclable de l’ensemble des emballages utilisés
  • Pour qu’un cosmétique soit considéré comme biologique selon le référentiel Ecocert, il doit contenir au minimum 95% d’ingrédients végétaux issus de l’agriculture biologique et au moins 10% d’ingrédients biologiques
Cosmébio 

Cosmébio est une association spécialisée dans la cosmétique biologique et naturelle. Leur charte Cosmébio garantit une cosmétique respectueuse de l’Homme et de l’environnement. Cette charte est basée sur 3 engagements :

  • Engagement technique: respect des principes de la cosmétique naturelle et biologique. Les produits doivent être certifiés par des organismes indépendants, les ingrédients utilisés sont issus de ressources naturelles, non animales et potentiellement issues de l’agriculture biologique, les procédés de fabrication des industriels de la cosmétique doivent être non-polluants et respectueux de la santé humaine, les emballages recyclés ou recyclables
  • Engagement éthique: respect de l’Homme et de la Nature
  • Engagement marketing: communication responsable auprès des consommateurs
Cosmos

Cosmos (ou COSMetic Organic Standard) est un label établi sur la base d’un cahier des charges commun à plusieurs organismes certificateurs dont font partie BDIH (Allemagne), Cosmébio (France), Ecocert (France), ICEA (Italie) et Soil Association (Royaume Uni). Leur objectif est d’uniformiser les garanties proposées par chacun.

Chaque société désirant faire labelliser un cosmétique par l’un de ces organismes doit se conformer à ce nouveau référentiel depuis le 1er janvier 2017, il est parmi les plus exigeants.

Il existe 2 labels Cosmos :

  • Cosmos Organic : la teneur en ingrédients biologiques respecte un minimum de 95% du total et 20% au minimum du produit fini.
  • Cosmos Natural : la teneur minimum d’ingrédients bio n’est pas respectée, mais 95% du total est d’origine naturelle .

Parmi les exigences du label :

  • Respect des teneurs en ingrédients naturels et/ou Bio
  • Respect des espèces menacées.
  • Plan de gestion des déchets sur chaque site de production.
Nature & Progrès

Nature & Progrès est une association de consommateurs et de professionnels fondée en 1964. L’association défend des valeurs pour une agriculture biologique respectueuse des hommes, des animaux, des plantes et de la planète, biodiversifiée, qui préserve le tissu rural et le métier de paysan en le revalorisant, qui soutient les savoir-faire et les semences paysannes et enfin éthique et rigoureuse.

Les produits labellisés Nature & Progrès doivent respecter les engagements suivants :

  • Sans OGM
  • Substances chimiques de synthèse sont interdites
  • Seuls les conservateurs non toxiques d’origine naturelle sont autorisés
  • Au minimum, 70% des produits de la marque doivent être labellisés Nature & Progrès
  • 100% des composants doivent être issus de l’agriculture biologique
Natrue

Natrue est une organisation non gouvernementale (ONG) créée pour promouvoir et protéger la cosmétique naturelle et biologique via son label.

Parmi les caractéristiques de ce label :

  • Seuls les ingrédients naturels et transformés d’origine naturelle sont autorisés. Un petit nombre d’additifs et de matières premières peuvent être utilisés.
  • Les emballages doivent être limités au strict minimum, être recyclables et utilisables plusieurs fois
  • 95% des ingrédients naturels ou d’origine naturelle doivent être issus de l’agriculture biologique

Natrue comprend 3 niveaux de certifications, représentés par des étoiles, « cosmétiques biologiques » qui doivent comprendre au moins 95% d’ingrédients naturels issus de l’agriculture biologique, « cosmétiques en partie biologique » avec au moins 70% des ingrédients bio et enfin « cosmétiques naturels ».

Expertise Vegane Europe

S’il est interdit en Europe depuis 2013 de pratiquer le test sur les animaux, de nombreux labels dit : cruelty free poussent sur le marché, après recherche, le plus complet d’entre eux et se révèle être le label EVE Vegan qui garantit :

  • l’absence de tests sur animaux
  • l’absence de chair animale
  • l’absence d’ingrédients d’origine animale dans le produit
  • l’absence d’ingrédient d’origine animale dans l’emballage
  • l’absence de tests sur animaux sur les marchés étrangers
La marche à suivre

Concernant les autres labels présents sur divers produits, chacun représente un grand nombre de points positifs et négatifs et sont parfois même synonyme de business fructueux. En effet, si d’ici 2024 l’univers des cosmétiques bio devraient peser plus de 863 milliards de dollars, elle représenterait alors une économie pour le moins lucrative et intéressante pour un grand nombre d’entreprises douteuses. Dès maintenant, il faudra donc toujours s’interroger sur les labels et leur niveau d’intégrités avant d’acheter un produits approuvés par multiples soins. Si le label est facile à acquérir en fonction d’un abonnement mensuelle ou annuelle il sera à observer de près !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

dix − deux =