Profitez des retours offerts et de la livraison gratuite en France, Belgique et Luxembourg dès 120€ d’achat.

Cap ou pas cap de porter la pantoufle ?
2021-01-26

Cap ou pas cap de porter la pantoufle ?

Parce que dans “mode responsable” il y a mode, la rédaction vous propose de découvrir ou de re-découvrir l’histoire qui nous lie à notre garde-robe. Car au-delà d’un style, celui-ci révèle une partie de notre ADN et explique plus largement notre attachement aux vêtements et donc à la mode. Ce mois-ci, on fait le tour de la si controversée charentaise.

La pantoufle est un sujet sensible : il y a ceux qui ne jurent que par elle, ceux qui la renient, ceux qui l’assument un peu dans des variantes de style. Pourquoi tant d’amour ou de haine alors pour la pantoufle ? Que vous la portiez ou non, chacun.e a un avis sur le fait de la porter ou non. Faites le test, et posez la question autour de vous. Les avis sont toujours tranchés et, personne n’y est complètement indifférent.

Les afficonados de la pantoufle.

« Parce qu’elles sont portées dans un environnement si intime, plus on les porte, plus on devient inséparables. » Alexandra Sherlock

Selon Alexandra Sherlock maitre de conférence en design de mode au Royal Melbourne Institute of Technology et autrice d’une thèse sur la chaussure et l’appartenance sociale, la chaussure est un marqueur d’identité. Sherlock écrit : « Ce qui est intéressant, c’est ce qui se passe entre une personne et une chaussure après qu’elles aient été achetées. Les pantoufles, parce qu’elles sont portés dans un environnement si intime … deviennent vraiment évocatrices. En fin de compte, plus on les porte, plus on devient inséparable, elles deviennent nous et on les devient presque». Ainsi, voilà un élément de réponse pour mieux comprendre  celles et ceux qui emmènent leur pantoufle en voyage : ils sont devenus inséparables. La pantoufle devient un doudou de pied, réconfortant et confortable.moderne.

Les détracteurs de la pantoufle.

Justement, c’est aussi cette association de la pantoufle au confort, à la tranquillité, au calme qui en fait un accessoire repoussant. La pantoufle est associée à la vieillesse.On s’imagine déjà au coin du feu avec nos charentaises sur notre rocking chair. C’est l’accessoire anti aventure. D’ailleurs, même Charles de Gaulle à utiliser l’image de la pantoufle comme anti thèse du patriotisme en déclarant dans un discours : 

“La justice sociale se fonde sur l’espoir, sur l’exaltation d’un pays, non sur les pantoufles.” Charles De Gaulle.

Visiblement, les héros ne portent pas de pantoufle.
Pourtant l’anti héros qu’est  Gaston Lagaffe  assume ses pantoufles et ne quitte pas ses espadrilles même au travail se transformant ainsi en anti-héro. D’ailleurs, au début de la BD elles étaient dessinées orange et usées. Une société française d’espadrille de la ville de Mauléon, capitale de celles-ci, jugeait que cela donnait mauvaise presse et a envoyé deux paires d‘espadrilles  neuves à Franklin une bleue et une jaune. A la réception de ce colis, Franklin choisit d’habiller son héros avec les bleues.

Parmi les détracteurs, il y a aussi les pro pieds nus. Ceux pour qui la pantoufle est une entrave à la liberté des pieds que l’on peut se permettre uniquement chez soi. Elle serait ainsi aux antipodes de la mode. Elle n’est pas faite pour être montrée. En effet, comment briller en pantoufle, mis à part quand on s’appelle Cendrillon ?

Les alternatives à la pantoufle

Pour autant la mode contient justement ce paradoxe de transformer en cool ce qui ne l’est pas. Peut être que la charentaise deviendra une future tendance, comme un symbole d’anti-fashion. C’est aussi le sujet de la websérie suisse Pantoufle. Écrite par Valérie Paccaud et Julien Doquin de Saint Preux,  cette websérie humoristique tournent les fashionista et les sneaker addicts en dérision avec autant d’humour que d’amour en imaginant notamment la charent’air !

Des pantoufles qui ne ressemblent pas à des pantoufles telles que les chaussettes à semelles, des espadrilles, de grosses chaussettes, tout ce qui répond au besoin de porter des chaussons à la maison sans pour autant tomber dans la franche charentaise sont des alternatives. C’est une sorte d’entre deux, pour porter douceur et confort sans avoir l’impression d’être déjà à la retraite. D’ailleurs si les personnes âgées sont les plus grandes consommatrices de charentaises c’est surement parce qu’elles sont totalement affranchies des tendances et du qu’en dira t-on. À partir de quel âge assume t-on la charentaise ? Pas de réponse universelle à cette question mode.

Aux origines de la pantoufle : la babouche

Pour les anti-pantoufles à la recherche de style, la babouche est une alternative tendance car elle s’est hissée sur le haut des podiums. En 2016, Céline faisait défiler ses mannequins en babouches lors de son défilé croisière. Il est vrai qu’il est plus commun dans la mode de se réapproprier les codes culturels « d’ailleurs » que les codes des vieux. Il faut dire que la babouche n’a jamais été reniée et a toujours été portée fièrement, à juste titre depuis des siècles. La babouche est à l’origine de la pantoufle. C’est une  babouche qui était aussi glissée dans les sabots pour les rendre plus confortables, jusqu’à sa transformation, des années plus tard, en chausson à part entière.

La marque Calla propose des babouches fabriquées à partir de tapis berbères. À travers le projet Boucharouite, la marque se concentre sur l’upcycling de textiles existants et le soutien à l’artisanat traditionnel. Ainsi, ces babouches sont fabriquées aux Maroc par des artisans à partir de chutes de tapis berbères traditionnels.

Que vous soyez pro ou anti pantoufle, rien n’est figé. Il est possible de traverser ces différentes catégories au fil du temps. D’abord en jurant : « moi vivant.e jamais je ne porterai de pantoufle. Plutôt mourir de froid des pieds que ressembler à un vieux ». Puis de succomber aux ersatz de la pantoufle que sont les chaussettes à semelles, les tongs, les espadrilles. Et après avoir troués toutes ces paires de chaussettes à semelles, on se décide, consommation responsable oblige, à passer à la pantoufle qui durera.

La pantoufle à Pépère, la charentaise traditionnelle éco responsable revisitée avec une pointe de fun

Pour celles et ceux qui ont envie de s’aventurer dans le confort de la charentaise, La marque les Pantoufles à Pépère propose des charentaise made in France fabriquées avec de la laine vierge du pays de Galle et déclinés dans des modèles classiques et originaux. Ces créateur.ice.s ont tout misé sur la charentaise et au vue des ruptures de stock sur le e-shop, ils ont eu raison. La pantoufle à pépère est entièrement transparente sur ses conditions de fabrication et l’origine de ses matières premières. 

Alors cap ou pas cap de porter la pantoufle ? 2021 sera-t-elle l’année de la charentaise ? Le vieux deviendra t-il tendance ? Au vue de l’envolée des ventes de pantoufles en 2020, la pantoufle semble être dans l’air du temps. Restera-t-elle cachée ou de braves influenceurs oseront-ils l’afficher et la rendre tendance ? On reste à l’affût de la prochaine star qui osera la charentaise sur tapis rouge !

Article non sponsorisé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

1 × 4 =